Camion  |  Bus 

MAN pose les bases d’une croissance réussie

Le programme de croissance future mis en place au sein de MAN Truck & Bus renforce la compétitivité et la rentabilité à long terme

Le Groupe MAN en 2015 en bref

  • 14,4 milliards d’euros - prises de commandes en baisse de 6 %
    [ 2014 : 15,3 milliards d’euros ]
  • 13,7 milliards d’euros — le chiffre d’affaires a fléchi de 4 %
    [ 2014 : 14,3 milliards d’euros ]
  • 92 milliards d’euros — charges de restructuration et impact du marché brésilien sur le bénéfice opérationnel
    [ 2014 : 384 millions d’euros ]
  • 0,7 % — chute significative du taux de rentabilité opérationnelle
    [ 2014 : 2,7 % ]
  • 0,5 milliard d’euros — flux de trésorerie nets positifs
    [ 2014 : –0,8 milliard d’euros ]

2015 a été une année difficile pour le Groupe Man : malgré la reprise du marché européen des Véhicules commerciaux, la situation dans d’autres régions, en particulier au Brésil, et dans le segment Power Engineering reste tendue. Bien que l’économie mondiale ait enregistré une croissance modérée, la dynamique économique dans de nombreuses économies émergentes s’est encore ralentie pendant l’année. Les cas de la Russie et du Brésil restent très préoccupants.

MAN Truck & Bus a été en mesure de maintenir sa position sur les principaux marchés des Véhicules commerciaux et d’accroître son chiffre d’affaires et ses ventes. MAN Truck & Bus a lancé un plan de croissance future conçu pour améliorer sa compétitivité à long terme. Au Brésil, l’un des marchés clés, MAN Latin America a défendu sa place de leader du marché pour la 13ème année consécutive, malgré une concurrence acharnée. La contraction de l’économie a eu un impact majeur sur le chiffre d’affaires et les ventes. Dans le segment Power Engineering, le marché baissier a eu un effet modérateur sur les unités commerciales stratégiques Moteurs et Systèmes marins et Turbomachines.

Le segment Centrales a subi l’impact du ralentissement de la croissance économique et de l’allongement des délais de réalisation des projets dans les principales économies émergentes. La filiale de MAN Renk a encore enregistré un excellent exercice annuel.

À 14,4 milliards d’euros, les prises de commandes du Groupe au cours de l’exercice 2015 s’établissent en baisse de 6 % en glissement annuel. Dans le segment des Véhicules commerciaux, elles s’élèvent à 11 milliards d’euros, soit 4 % de moins que l’année dernière. MAN Truck & Bus a reçu 9 % de commandes supplémentaires, tandis que les prises de commandes de MAN Latin America ont chuté de plus de moitié. Dans le segment Power Engineering, les prises de commandes ont diminué d’environ 13 % en glissement annuel à 3,4 milliards d’euros.

À 13,7 milliards d’euros, le chiffre d’affaires du Groupe au cours de l’exercice 2015 s’établit en baisse de 4 % en glissement annuel. Le segment des Véhicules commerciaux a enregistré un chiffre d’affaires de 10 milliards d’euros. MAN Truck & Bus a généré une croissance en glissement annuel de 7 % ; son chiffre d’affaires s’élève à 9 milliards d’euros.

Les ventes unitaires ont progressé de 8 % à 79 222 véhicules. Le chiffre d’affaires de MAN Latin America s’est contracté à 1 milliard d’euros ; les ventes unitaires ont pratiquement diminué de moitié à 24 472 véhicules. Le chiffre d’affaires s’élève à 3,8 milliards d’euros dans le segment Power Engineering. MAN Diesel & Turbo a généré un chiffre d’affaires de 3,3 milliards d’euros. Le chiffre d’affaires de Renk s’établit également en légère hausse par rapport à l’année dernière, à 487 millions d’euros.

Les flux de trésorerie disponible des activités opérationnelles et des activités d’investissement attribuables aux activités opérationnelles du Groupe MAN sont positifs et s’élèvent à 0,5 milliard d’euros.

Le bénéfice opérationnel du Groupe MAN après charges de restructuration s’établit à 92 milliards d’euros pour l’exercice 2015. Le bénéfice opérationnel du segment Véhicules commerciaux a chuté à -101 millions d’euros. MAN Truck & Bus a enregistré un bénéfice opérationnel avant éléments exceptionnels de 205 millions d’euros ; une hausse significative par rapport à l’année dernière à la même période. Des éléments exceptionnels liés aux charges de restructuration de 185 millions d’euros dans le cadre du programme de croissance future, ont pesé sur le bénéfice opérationnel. Ils ont réduit le bénéfice opérationnel de MAN Truck & Bus de 20 millions d’euros.

MAN Latin America a enregistré une perte opérationnelle de 120 millions d’euros en raison de la baisse des volumes au Brésil et a introduit un certain nombre de mesures pour contrer cette tendance. Le bénéfice opérationnel dans le segment Power Engineering s’élève à 283 millions d’euros et reste donc au niveau de l’année dernière.

Le bénéfice opérationnel de MAN Diesel & Turbo s’établit à 216 millions d’euros. Renk a publié un bénéfice opérationnel de 68 millions d’euros et maintient donc un taux de rentabilité opérationnelle élevé de 14 %. Le taux de rentabilité opérationnelle du Groupe MAN a chuté à 0,7 % en 2015, en raison des éléments exceptionnels imputables aux charges de restructuration et de l’environnement économique extrêmement difficile au Brésil.

« Nous avons mis en place ou renforcé des mesures afin d’accroître la rentabilité dans toutes les divisions. Notre objectif est d’obtenir des résultats significatifs des produits et des composants optimisés ainsi que des achats. Par ailleurs, les dépenses en capital sont revues, et les flux de travaux sont examinés et améliorés. La nouvelle mesure la plus importante est le programme de croissance future, destiné à renforcer la compétitivité à long terme de MAN Truck & Bus, notamment en réorganisant la production de camion et en rationalisation l’administration. Les modifications introduites dans le réseau de production de bus en 2014 sont désormais largement mises en œuvre. En qualité de Conseil exécutif de MAN SE, nous sommes convaincus d’avoir pris la bonne décision en mettant en place des mesures cruciales pour sauvegarder la croissance future de la Société, même en période de difficultés économiques »,

déclare Joachim Drees, président-directeur général de MAN SE.

En mai 2015, Le Conseil de surveillance de Volkswagen AG a approuvé la création de Volkswagen Truck & Bus GmbH, une société holding de véhicules commerciaux. Dans cette optique, MAN Truck & Bus, MAN Latin America et Scania collaborent plus étroitement, tout en conservant leurs identités et l’intégralité de leur responsabilité opérationnelle. Le nouveau groupe entend réaliser des synergies potentielles d’au moins 650 millions d’euros par an en moyenne en termes de bénéfice opérationnel à long terme. Étant donné le cycle de vie long des produits dans le segment des véhicules commerciaux, il faudra de dix à quinze ans avant de les réaliser complètement. Il devrait par exemple être possible de tirer profit de synergies dans les domaines des achats et du développement.

Pour 2016, le Conseil exécutif de MAN SE anticipe des ventes unitaires similaires à l’année dernière dans le segment des Véhicules commerciaux. Le chiffre d’affaires devrait en revanche ressortir en légère baisse par rapport à l’année dernière. Les mesures mises en place devraient stimuler substantiellement le bénéfice opérationnel et le taux de rentabilité opérationnelle d’une année sur l’autre. Ces deux indicateurs clés devraient également dépasser largement les chiffres de 2015 avant imputation des éléments exceptionnels. Dans le segment Power Engineering, le Comité exécutif prévoit des prises de commandes en 2016 légèrement supérieures au niveau de l’année dernière. Le chiffre d’affaires devrait être sensiblement inférieur par rapport à l’année dernière. Une forte pression concurrentielle devrait accentuer la nervosité des marchés en 2016. Le bénéfice opérationnel et le taux de rentabilité opérationnelle devraient par conséquent être substantiellement plus faibles par rapport aux chiffres de l’année dernière.

En d’autres termes, nous devrions constater un léger recul du chiffre d’affaires du Groupe MAN d’une année sur l’autre. Le bénéfice opérationnel et le taux de rentabilité opérationnelle devraient enregistrer une hausse significative d’une année sur l’autre.