Entreprise 

MAN réalise un très bon résultat opérationnel malgré l'effondrement des véhicules commerciaux

  • Recettes €15,8 milliards - une baisse modérée de 4% des recettes après une année record
  • Prise de commandes €15,9 milliards - baisse des commandes de 7%
  • Résultat opérationnel €964 millions - résultat opérationnel juste inférieur au milliard d'euros
  • Taux de rentabilité opérationnelle 6,1% - le taux de rentabilité opérationnelle est légèrement inférieur à l'objectif
  • Dividende proposé €1,00 par action (2011: €2,30)
  • Un total de 134.245 véhicules vendus (2011: 155.520)
  • Perspectives pour 2013: diminution des bénéfices pour les segments Commercial Vehicles et Power Engineering

Le Groupe MAN a terminé l'année fiscale 2012 avec un résultat opérationnel à peine inférieur à €1 milliard malgré l'effondrement du marché des véhicules commerciaux. Si les segments dédiés aux véhicules commerciaux et à l'in-génierie mécanique ont enregistré un résultat opérationnel de €964 millions, l'excellent résultat de l'année précédente avec un record de €1,483 milliard n'a pas été atteint. Ce résultat est surtout la conséquence du net déclin du segment des véhicules commerciaux, qui a noté une baisse du résultat opérationnel à €454 millions. Le résultat opérationnel du segment Power Engineering est par contre demeuré stable à €503 millions, représentant donc une contribution majeure au résultat du Groupe. Les recettes ont enregistré une baisse modérée pour s'établir à €15,8 milliards, même si la demande a chuté pour les véhicules commerciaux au Brésil et en Europe, qui sont des marchés essentiels pour MAN. Les recettes ne sont inférieures que de 4% à celles du niveau record atteint l'année précédente. Le taux de rentabilité opérationnelle est inférieur de seulement 6,1% à l'objectif fixé.

“Malgré le contexte difficile, nous avons réalisé un résultat opérationnel de quasiment €1 milliard,” a déclaré le Dr. Georg Pachta-Reyhofen, Chief Executive Officer de MAN SE. Parmi d'autres facteurs, la crise de la dette souveraine en Europe et l'introduction des normes d'émissions Euro 5 au Brésil ont créé une incertitude palpable sur les principaux marchés de MAN. En conséquence, la clientèle s'est serrée la ceinture et la concurrence s'est renforcée. Cette tendance s'est répercutée sur les prises de commandes du Groupe MAN, qui ont atteint €15,9 milliards au cours de l'année fiscale 2012, soit une baisse de 7% en glissement annuel.

Véhicules commerciaux MAN

Le secteur des véhicules commerciaux a été affecté par la crise économique en 2012. Les commandes auprès de MAN Truck & Bus ont également baissé de 4% pour s'établir à €9,2 milliards. Chez MAN Latin America, les commandes ont même baissé de 20%, atteignant une valeur de €2,9 milliards. Les recettes de MAN Truck & Bus, s'élevant à €8,8 milliards, ont légèrement baissé en glissement annuel (€9,0 milliards). Le bénéfice opérationnel a plongé pour s'établir à €225 millions (€565 millions). La faiblesse du marché des véhicules commerciaux en Europe a eu un impact particulièrement prononcé sur ce résultat. MAN Truck & Bus a pu partiellement compenser cette diminution grâce à des résultats positifs en dehors de l'Europe. Cependant, l'évolution dans l'assortiment des produits et les variations nationales ont pesé sur la marge moyenne.

Pour MAN Latin America, les recettes et le résultat opérationnel ont également été influencés par le climat économique. En plus de l'introduction de la norme d'émissions Euro 5 au Brésil, qui avait entraîné l'avancement à 2011 de nombreuses commandes, les modalités de financement se sont détériorées pour de nombreux clients. Les recettes se sont élevées à €2,9 milliards (€3,6 milliards) et le résultat opérationnel à €229 millions (€400 millions) grâce à un contrôle strict des coûts et des ajustements au niveau de la production. Le taux de rentabilité opérationnelle correspondant a été de 8,0%.

Au total, MAN a assuré la livraison de 134.245 véhicules à ses clients en 2012.

Power Engineering

S'élevant à €4,0 milliards, la prise de commandes dans le segment Power Engineering a été proche du niveau record de l'année précédente avec ses €4,1 milliards. MAN Diesel & Turbo représentait la majorité des commandes (€3,5 milliards). Renk a augmenté pour sa part ses prises de commandes de 15% pour atteindre €525 millions. Les recettes de MAN Diesel & Turbo ont légèrement augmenté en glissement annuel pour s'établir à €3,8 milliards. Par contre, le résultat opérationnel a baissé de 5% pour atteindre €437 millions. Cette tendance est en partie à mettre au passif d'une surcapacité de la flotte marchande et de la faiblesse du marché des moteurs marins. D'autres départements, comme After Sales et Turbomachinery, ont par contre enregistré de bons résultats. Le taux de rentabilité opérationnelle est resté élevé puisqu'il était de 11,6%.

Pour Renk, l'année fiscale a été très satisfaisante. Les recettes et le résultat opérationnel ont enregistré une forte croissance, tout comme la prise de commandes. Les recettes ont ainsi atteint €476 millions (€389 millions) et le résultat opérationnel €66 millions (€53 millions). Le taux de rentabilité opérationnelle correspondant est de 13,8%. Les solutions de transmission de haute technologie pour les applications marines ont particulièrement contribué à ces excellents résultats.

L'activité industrielle du Groupe MAN a donc permis de compenser l'impact de l'effondrement des véhicules commerciaux sur le résultat global.

Perspectives

MAN prévoit un déclin du secteur des véhicules commerciaux en Europe en 2013, spécialement au cours du premier semestre. Le Executive Board table par contre sur une nouvelle augmentation des ventes au Brésil, un marché important pour MAN. Les recettes dans le segment des véhicules commerciaux seront certainement légèrement plus faibles que celles enregistrées au cours de l'année précédente, mais le taux de rentabilité opérationnelle restera stable. A la suite d'un faible résultat au niveau des prises de commandes au cours de l'année fiscale 2012, les recettes et le taux de rentabilité opérationnelle dans le segment Power Engineering vont se réduire. En conséquence, le Groupe MAN va devoir composer en 2013 avec une légère baisse des recettes et une baisse disproportionnée de son résultat opérationnel. Cette prévision se base sur la considération que la crise de la dette souveraine en Europe ne s'aggravera pas et que les incitants économiques sur les marchés émergents produiront leurs effets.

Sur les marchés des véhicules commerciaux et de l'ingénierie industrielle, MAN possède une vaste gamme de produits innovants, parfaitement adaptée aux besoins des clients. Lors du Salon IAA 2012, MAN a présenté sa nouvelle gamme TG, qui ne consomme pas plus de carburant que la gamme Euro 5, particulièrement économique, malgré l'introduction de la technologie Euro 6 et de ses solutions techniques complexes. MAN est également un référent technologique en matière de Power Engineering. Ses nouveaux produits, comme les moteurs et turbines à gaz, présentés en 2012, figurent parmi les plus efficients de leur catégorie aujourd'hui.

Mesures d'accroissement des bénéfices

Malgré le contexte économique général difficile, le Executive Board de MAN SE n'est pas satisfait des résultats de l'année fiscale et donc entrepris de définir des mesures adéquates. L'accent sera mis sur la réduction des coûts et le renforcement du rendement au niveau de la production ainsi que dans le domaine de l'administration, des ventes et du développement. Par ailleurs, le renforcement de la flexibilité au niveau de la production permettra à MAN de s'adapter à des volumes de ventes en baisse. Les dépenses d'investissement de capital seront revues et si nécessaires, les investissements étendus sur de plus longues périodes. MAN considère qu'il existe également un potentiel d'économie au niveau de la réorganisation de l'approvisionnement, en particulier par le biais de la centralisation des achats. “Même si nous ne pouvons pas influencer les facteurs macroéconomiques cités ci-avant, nous prendrons toutes les mesures nécessaires pour que MAN reste sur le bonne voie, même lorsque la période est difficile,” a poursuivi le Dr. Georg Pachta-Reyhofen.

MAN est un employeur de confiance

Malgré la faiblesse de l'économie, MAN a démontré une fois encore être un employeur de confiance au cours de l'année fiscale 2012:

Au 31 décembre 2012, le Groupe MAN employait dans le monde 54.283 personnes (donc des sous-contractants). Le nombre de travailleurs a donc augmenté de 1.741 unités, dont 1.250 nouveaux travailleurs à la suite d'un regroupement, comme par exemple pour le personnel d'une ancienne co-entreprise en Inde. Le nombre de travailleurs sous-contractants est passé de 2.364 à 1.802, principalement en raison d'ajustements de capacités. Par ailleurs, MAN continue à promouvoir les formations de qualité. A l'automne 2012, 800 jeunes travailleurs ont débuté leur carrière chez MAN. Dans le monde, le Groupe MAN employait environ 3.300 jeunes recrues au 31 dé-cembre 2012.